• fr
  • en
1967

Portapack / Créations vidéos

"La cabine téléphonique" et "Le mur d'Arles" : il s'agit des toutes premières bandes vidéo réalisées par Fred Forest.
La direction de Sony France, qu'il a sollicitée à plusieurs reprises, lui a confié un Portapak 1/2 pouce, noir et blanc, avec lequel il va travailler durant dix ans...

"La cabine téléphonique" est, à l'origine, un document réalisé en temps réel, sans montage, de la fenêtre de son appartement HLM, au troisième étage à l'Haÿ-les-Roses en banlieue parisienne. Dans cette œuvre pionnière, l'artiste met en scène la réalité sociologique de son environnement quotidien, et focalise l'attention sur l'unique cabine téléphonique du quartier, mise à disposition des habitants. La cabine et ses usagers successifs sont mis en relation visuelle avec l'arbre qui la domine, comme une sorte d'antenne géante, symbolisant le monde de la communication. Réalité sociale, communication, et mise en relation, apparaissent déjà, à cette date, comme les axes majeurs de la pratique de l'artiste.

"Le mur d'Arles" constitue un divertissement visuel amusé, qui joue sur la curiosité des passants dans une avenue fréquentée de cette ville du sud de la France. Des passants qui, en longeant son trottoir, sont attirés de manière irrésistible par un événement mystérieux, qui semble se dérouler derrière une palissade...

Sociologique 

Arles (FR), L'Haÿ-les-Roses (FR)

Thème: Communication

Typologie: Documentaire

Médium et média: Vidéo

#Urbain 

1967

La cabine téléphonique - L'Haÿ-les-Roses

1967

Le mur d'Arles - Arles

La cabine téléphonique - L'Haÿ-les-Roses
1967
La cabine téléphonique - L'Haÿ-les-Roses
Le  mur d'Arles - Arles
1967
Le mur d'Arles - Arles

Avec ces deux vidéos réalisées en 1967 Fred Forest s'impose comme le 1er artiste ayant utilisé la vidéo portable (le Portapak, sorte d'ancêtre du camescope) en France, voire en Europe ...

1967 La cabine téléphonique

Il s'agit, avec l’action Le mur d’Arles d’une des toutes premières bandes vidéo réalisées par Fred Forest. 
La direction de Sony France, qu'il a sollicitée à plusieurs reprises, lui a confié 
en 1967, un Portapak 1/2 pouce, noir et blanc, avec lequel il va travailler 
durant dix ans ...

Il s'agit, avec l’action « Le mur d’Arles » d’une des toutes premières bandes vidéo réalisées par Fred Forest.

La direction de Sony France, qu'il a sollicitée à plusieurs reprises, lui a confié en 1967, un Portapak 1/2 pouce, noir et blanc, avec lequel il va travailler durant dix ans ...

Le jour même de la remise du Portapak ½ pouce noir et blanc, Fred Forest de retour à son domicile en banlieue parisienne à l’Haÿ-les-Roses expérimente l’appareil Sony en filmant la rue du troisième étage de sa cuisine de son appartement HLM. " La cabine téléphonique » est un document réalisé en temps réel, sans montage, filmé de la fenêtre. Pour assurer l’audio il cale son transistor entre deux fréquences ce qui restitue un fading aléatoire. Sa fenêtre donne sur un croisement de rue en T dont le centre est occupé par une cabine téléphonique autour de laquelle tourne le document qu’il réalise avec la circulation des automobiles et celle de ses passants. Quelquefois l’un des passants traverse le réseau de toutes ces trajectoires et rejoint la cabine où il s’est rendu visiblement afin de satisfaire ses besoins de communiquer. Au-dessus de la cabine et dans son prolongement s’élève un magnifique arbre dont les feuilles miroitent sous le vent et dont l’artiste en accentue l’abstraction visuelle en jouant sur la focale de l’objectif, restituant ce qui est pour lui le monde de la communication. Dans cette œuvre pionnière, l'artiste met en scène la réalité sociologique de son environnement quotidien dans les années 60 en banlieue parisienne où les gens font leurs courses et vaquent à leurs occupations. Il focalise l'attention sur l'unique cabine téléphonique du quartier, mise à disposition des habitants. La cabine et ses usagers successifs sont mis en relation visuelle avec l'arbre qui la domine, comme une sorte d'antenne géante, symbolisant le monde de la communication. Réalité sociale, communication, et mise en relation, apparaissent déjà, à cette date, comme les axes majeurs de la pratique de l'artiste.

1967 Le mur d’Arles

Il s'agit, avec l’action « La cabine téléphonique » d’une des toutes premières bandes vidéo réalisée par Fred Forest avec le Portapak de Sony.

Lors d’un séjour à Arles, Fred Forest est frappé par une palissade sur laquelle les personnes qui circulent sur le trottoir, se précipitent pour coller leur œil à ses interstices. Créant, semble-t-il, par mimétisme une sorte de ballet étrange. " Le mur d'Arles " constitue un divertissement visuel amusé, qui joue sur la curiosité des passants dans une avenue fréquentée de cette ville du sud de la France. Des passants qui, en longeant un trottoir, sont attirés de manière irrésistible par un événement mystérieux, qui semble se dérouler derrière une palissade...

Fred Forest est frappé par cette palissade sur laquelle les personnes se précipitent pour coller leur œil à ses interstices. Créant, semble-t-il, par mimétisme une sorte de ballet étrange. L’artiste en supprimant l’audio de la scène introduit sur sa vidéo une rupture de sens en faisant disparaitre le bruit infernal des engins de terrassement qui y creusent un énorme trou.

 

 

Fred Forest aux commandes
Caption

 

Biographie longue de Fred Forest

Fred Forest a une place à part dans l’art contemporain. Tant par sa personnalité que par ses pratiques de pionnier qui jalonnent son œuvre. Il est principalement connu aujourd’hui pour avoir pratiqué un à un la plupart des médias de communication qui sont apparus depuis une cinquantaine d’années. Il est co-fondateur de trois mouvements artistiques : ceux de l’art sociologique, de l’esthétique de la communication et d’une éthique dans l’art.

Il a représenté la France à la XIIème Biennale de São Paulo (Prix de la communication) en 1973, à la 37ème Biennale de Venise en 1976 et à la Documenta 6 de Kassel en 1977.

EXPOSITION AU CENTRE POMPIDOU DU 24 JANVIER AU 22 JUILLET 2024

Découvrir