• fr
  • en
2005

THE DIGITAL street corner

A networked, participative work, "THE DIGITAL street corner" is an unlimited virtual space where Internet users from all over the world can meet, share, exchange and communicate.

Communication 

Miami (USA)

Typology: Dispositif

2005

SOLIPSIS DIGITAL STREET CORNER, Bass Museum MIAMI

2005 " THE DIGITAL street corner ", Miami

A Massively MultiParticipant Networked Happening

A network, participatory work, "THE DIGITAL street corner" an unlimited virtual space, allowing Internet users from all over the world to meet, share, exchange and communicate. A visualization on a large screen constitutes a camera window open to the virtual world of Fred Forest using the Solipsis system * Reality in this world ultimately only exists thanks to you!

  • Author (designer, producer, director, coordinator) Fred Forest, author of the work. Artist and theoretician forest@unice.fr www.fredforest.org

Contributors

  • Joaquin Keller Gonzalez, information science research engineer, creator of Solipsis, graciously made available by France Télécom
  • Stéphano, graphic designer
  • Gilbert Dutertre, project manager
  • Michael Leruth, translations and contacts
  • Rose-Marie Barrientos, agent logistics and communication
  • Catherine Ramus, graphic assistant

The work entitled "The digital street corner" is not only made to be looked at, but also to be seen, chosen, from any place on the planet. It is a window open to a network work, co-created by Internet spectators: The artist in his happening evolves within the moving choreography of Internet users from around the world. He accompanies and stimulates the dancing of the avatars and “films”, in real time, the choreography which is shown on a giant screen on the exterior wall of the Bass Museum of Miami in a selected portion of the shared space. This is the first global virtual Cyber Happening and its display in physical space, constituted by the wall of the Bass Museum in Miami. Concept Fred Forest, as artist, for the creation and development of the artistic concept, and Joaquin Keller Gonzalez, researcher, for the software concept and technical realization, presented at “Art Basel Miami Beach” in Florida, from December 1 to 4, 2005, a new work. This work is the first of its kind offered as part of an international contemporary art event. It is a participatory “work-event”, in which users, art lovers or not, walk around and group together as they wish and want in a virtual world on a planetary scale. These “agglomerates” of fragmented identities are formed according to thematic movements. They are carried out according to the information given by the artist, at the controls, on his laptop, like a DJ at his turntables, “filming” in real time the dancing of Internet users. Sorts of digital butterflies, “dressed” in virtual costumes, like so many image avatars, prepared and made available to Internet users in the form of a library to participate in the electronic ritual. Circulations of images will spontaneously impose themselves, during long drifts of an erratic nature, in an indeterminate virtual space. These circulations can also be done, on suggestions from the artist, in real or delayed time, leading to migrations, movements, exchanges and various interactive actions, visualized on a giant screen. A second media, possibly used by Fred Forest (Radio, TV, mobile phone, superimposing its channel on France Telecom's Solipsis software, will be able to constitute a vector of hybrid proposals, to initiate the start of work, or collaborative play, initiated by the artist. After a few hesitant or clumsy attempts, the system will be mastered naturally by Internet users who will be able to quickly make it their own. Setup and operation The technical implementation and smooth running of the different phases of the operation are carried out under the control of Joaquin Keller Gonzalez, the France Telecom researcher and software designer. Internet users can download the Solipsis/windows-virtual software free of charge from the Internet to enter the game of exchanges and circulations it offers. The URL http://www.fredforest.com gives access instructions. A video projector installed facing the exterior wall of the Bass Muséum allows you to follow in real time on a giant screen all the interactions initiated by Internet users (image manipulation, file exchanges, chat). On November 30, 2005 from 9:00 p.m. to 11:00 p.m., Fred Forest in the form of a network performance controlled the system from the keyboard of his computer as a DJ would do. The result of this performance recorded on DVD will constitute the work produced. In a room of the museum and the fair, dedicated to this action, as in other public places, in Miami, London, Milan, Berlin, Paris, PCs are made available to the public for consultation, for action and meetings of the 5th type in The DIGITAL corner street. The images produced were broadcast continuously on the exterior wall of Bass Museum

 

Une œuvre réseau, participative, " THE DIGITAL street corner " un espace virtuel illimité, permettant à des internautes du monde entier de se rencontrer, de partager, d’échanger et de communiquer.
Une visualisation sur grand écran, constitue une fenêtre-caméra ouverte sur le monde virtuel de Fred Forest à l'aide du système Solipsis * La réalité dans ce monde finalement n’existe que grâce à vous !

Auteur (concepteur, producteur, réalisateur, coordonnateur)

Fred Forest, auteur de l'œuvre. Artiste et théoricien forest@unice.fr
www.fredforest.org

Contributeurs

  • Joaquin Keller Gonzalez, information science research engineer, creator of Solipsis, graciously made available by France Télécom
  • Stéphano, graphic designer
  • Gilbert Dutertre, project manager
  • Michael Leruth, translations and contacts
  • Rose-Marie Barrientos, agent logistics and communication
  • Catherine Ramus, graphic assistant

L’œuvre

intitulée " The digital street corner " n’est pas faite seulement pour être regardée, mais aussi pour être vue, choisie, depuis n’importe quel lieu de la planète. C’est une fenêtre ouverte sur une œuvre-réseau, co-crée par les spectateurs internautes : L’artiste dans son happening évolue au sein de la chorégraphie mouvante des internautes du monde entier. Il accompagne et stimule la danse des avatars et “filme”, en temps réel, la chorégraphie qui se donne à voir sur écran géant sur le mur extérieur du Bass Muséum de Miami dans une portion choisie de l’espace partagé. Il s'agit du premier Cyber happening virtuel planétaire et de son affichage dans l’espace physique, constitué par le mur du Bass Museum de Miami.

Concept

Fred Forest en qualité d’artiste, pour la création, l’élaboration, du concept artistique, et Joaquin Keller Gonzalez, chercheur, pour le concept du logiciel et la réalisation technique, ont présenté à “Art Basel Miami Beach” en Floride, du 1 au 4 décembre 2005, une œuvre inédite. Cette œuvre est la première du genre proposée dans le cadre d’une manifestation d’art contemporain internationale. Il s’agit d’une “œuvre-événement”, participative, dans laquelle les utilisateurs, amateurs d’art, ou non, se promènent et se regroupent à leur fantaisie et leur volonté dans un monde virtuel à échelle planétaire. Ces “agglomérats” d’identités, parcellisées, se constituent en fonction de mouvements thématiques. Ils s’effectuent en fonction des informations données par l’artiste, aux commandes, sur son ordinateur portable, comme un DJ à ses platines, “filmant” en temps réel la danse des internautes. Des sortes de papillons numériques, “revêtus” de costumes virtuels, comme autant d'avatars-images, préparés et mis à la disposition des internautes sous forme d'une bibliothèque pour participer au rituel électronique. Des circulations d'images s’imposeront spontanément d’elles-mêmes, au cours de longues dérives de caractère erratique, dans un espace virtuel indéterminé. Ces circulations pourront se faire, aussi, sur suggestions de l’artiste, en temps réel ou différé, entraînant des migrations, des mouvements, des échanges et des actions interactives diverses, visualisées sur écran géant. Un second media, éventuellement utilisé par Fred Forest (Radio, TV, téléphone portable, superposant son canal au logiciel Solipsis de France Télécom, sera en mesure de constituer un vecteur de propositions hybridées, pour amorcer le démarrage du travail, ou du jeu collaboratif, initié par l’artiste. Après quelques tentatives hésitantes, ou maladroites, la prise en main du système sera maîtrisée naturellement par les internautes qui sauront se l’approprier rapidement.

Mise en place et fonctionnement

La mise en œuvre technique et le bon déroulement des différentes phases de l’opération s'effectuent sous le contrôle de Joaquin Keller Gonzalez le chercheur de France Télécom, concepteur du logiciel.
Les internautes peuvent télécharger gratuitement sur Internet le logiciel Solipsis/windows-virtual pour entrer dans le jeu des échanges et des circulations qu'il offre. L'URL http://www.fredforest.com donne les instructions d'accès.

Un vidéo projecteur installé face au mur extérieur du Bass Muséum, permet de suivre en temps réel sur un écran géant toutes les interactions initiées par les internautes (manipulation d’images, échanges de fichiers, chat).

Le 30 novembre 2005 de 9h00 pm à 11h pm, Fred Forest sous forme d'une performance-réseau a piloté le système à partir du clavier de son ordinateur comme le ferait un DJ. Le résultat de cette performance enregistré sur DVD constituera l’œuvre produite. Dans une salle du musée et de la foire, dévolue à cette action, comme dans d'autres lieux de publics, de Miami, de Londres, de Milan, de Berlin, de Paris, des PC sont mis à disposition du public pour consultation, pour action et rendez-vous du 5ème type dans The DIGITAL corner street. Les images produites ont été diffusées en continue sur le mur extérieur du Bass Muséum et dans les salles de consultation, dispersées dans le monde entier, tandis qu'une webcam renvoyait aux internautes la projection sur le mur du Bass Museum.

Philosophie du projet

Le développement du numérique et du réseau Internet, en bouleversant les rapports entre l’art et la technologie, a permis aux artistes d’investir des champs d’expérimentations inédits.
Par sa spécificité spatio-temporelle, Internet représente un cas de figure sans précédent. Sur la toile, les artistes peuvent être leur propre médiateur, et leur public possible, s'est élargi aux dimensions de la planète. Les œuvres conçues pour exister en ligne occupent un territoire virtuel, mais néanmoins tangiblement réel. Elles questionnent les usages du media ainsi que les modalités traditionnelles de création, de diffusion et de réception de l’art. Les dispositifs interactifs des œuvres de Net Art contribuent redéfinir les relations entre l’artiste, l’œuvre et le public, mais surtout ils établissent à la réception des œuvres, le cadre de nouvelles configurations relationnelles. C'est ce que Mario Costa et Fred Forest ont théorisé, dès 1983, sous le nom d'esthétique de la communication . Il faut noter que dans le cadre de cette manifestation Art Basel Miami Beach ; la présence et la nature de cette œuvre constitueront une rupture radicale par rapport aux modèles en cours, légitimés par le marché et les institutions. Sa “différence” aux autres produits présentés, sa dématérialisation, consacre la rupture entre les modèles esthétiques du XXe et ceux du XXIe. Cette évolution marque le questionnement de la nature de l’art, lui-même, et de son adéquation à la société d’information qui s'impose de jour en jour... Nous pouvons considérer que cette œuvre- réseau de Fred Forest, " THE VIRTUAL street corner " constitue un point d’articulation entre deux types de sociétés, et qui désormais en introduisant dans le marché le concept d’œuvre immatérielle, modifie notre regard et notre perception de l’art. Néanmoins, la spécificité du Cyber Happening tient essentiellement à sa capacité de mettre en place du RELATIONNEL, là ou hier il y avait des objets concrets. Cette évolution sera donc en quelque sorte consacrée à Miami, cette année, et son rôle, du point de vue de l’art, sera historiquement déterminant, au triple titre de l'esthétique, du social et du sociologique.

Fonctionnement technique de l’œuvre

Le monde virtuel du logiciel Solipsis conçu par Joaquin Keller Gonzalez de France Télécom, basé sur architecture technique similaire à celle des systèmes peer-to-peer d’échange de fichiers, permet une liberté totale. Solipsis est constitué uniquement des logiciels téléchargés et installés sur les ordinateurs des internautes participants. Il n’a pas de serveurs, et il ne peut donc être ni stoppé, ni contrôlé, ni censuré.

Cette absence de serveurs a une autre conséquence. Ce logiciel mis au point par France Télécom R&D a une capacité illimitée. Comme chaque participant apporte ses ressources informatiques (son ordinateur et sa connexion Internet) au fonctionnement du monde, la puissance de calcul installée croît automatiquement avec les besoins. Par ailleurs, la topologie du monde est telle que sa surface croît avec le nombre des participants. C’est un tore à 2 dimensions, une sorte de chambre à air, qui gonfle au fur et à mesure que de nouvelles entités entrent dans l'espace virtuel.

Sa capacité maximale est de 1073 (un 1 suivi de 73 zéros) entités, soit autant que d’atomes dans tout l’univers. Cette architecture technique particulière amène naturellement des réflexions de nature philosophiques :

Comme " THE DIGITAL street corner "est constitué uniquement d'entités, d'objets, et d'humains, de nature virtuelle, qui forment sa trame, c’est en quelque sorte un monde animiste. Autrement dit, Solipsis n’existe pas dans l’esprit d’un dieu-serveur omniscient, mais uniquement dans les esprits-ordinateurs de ses constituants. Très concrètement, cela veut dire qu’il n’est pas possible de savoir qui se trouve à un instant donné dans le système. La seule manière d’appréhender le système et d’y pénétrer, et alors, seule la portion virtuelle du monde investi localisée est visible. En ce sens, le système informatique mis en œuvre est similaire au monde réel, où nous ne pouvons uniquement percevoir que ce qui nous entoure.

Dans " THE DIGITAL street corner " Dieu n’existe pas, mais l'artiste est toujours, en mesure de lui conférer une existence probable, par sa seule capacité à convoquer, où il veut, et quand il veut, les forces de l'imaginaire.

-----------------------------------------------------------

2005 Cyber happening Fred Forest Bass Museum Miami

MOMENT HISTORIQUE

Le 30 novembre 2005 pour le vernissage de Basel Art Miami Beach une page de l'art a été tournée avec l'oeuvre participative, " The Digital Street Corner ", réalisée par Fred Forest. Il s'agit en effet du premier happening planétaire réalisé à ce jour. Une oeuvre, où le lieu géographique localisé, d'un événement physique de participation artistique, s'effectue aux dimensions infinies d'un espace virtuel sur le web.

LES FRANCAIS ENFIN PRESENTS DANS LE CONTEXTE INTERNATIONAL

Cet événement, en quelque sorte labellisé par le Bass Museum et la foire d'art la plus prestigieuse au monde, redonne en quelque sorte du souffle à la création française en matière d'art contemporain quelque peu décriée ces dernières années. `

UNE EQUIPE

Fred Forest a su réunir une équipe performante pour réaliser cet événement unique avec Joaquin Keller Gonzales informaticien, chercheur à France Telecom, Rose-Marie Barrientos et Michael Leruth.

LE MOUVEMENT SE PROUVE EN MARCHANT

Des officiels français, comme Bernard Blistène,Inspecteur Général à la création artistique du Ministere de la Culture et de la communication, Olivier Kaeppelein Délégué aux arts plstiques, Alain Reinaudo Directeur des Arts Visuels à l'AFAA, Anne Racine, chargée de communication au Ministère de la culture et le Président du FNAC, présents sur place ont pu tous constater avec satisfaction l'impact et l'originalité du dispositif mis en oeuvre par Fred Forest.

L'ARTISTE , UN ENTREPRENEUR ET UN HOMME ORCHESTRE, SANS JAMAIS RIEN PERDRE DE SON MORDANT CRITIQUE !

Un dispositif qui utilisait le logiciel SOLIPSIS mis à la disposition de l'artiste par France Telecom partenaire à ce titre d'une operation où l'artiste en homme orc hestre assurait, à lui tout seul, le concept du projet, sa production, sa réalisation, sa coordination et enfin sa communication. Celle-ci a d'ailleurs fait preuve d'une grande efficacité, car des milliers d'internautes, de toutes nationalités ,se sont impliqués dans l'événement en y participant d'une façon créative

LONG BIOGRAPHY OF FRED FOREST

Fred Forest has a special place in contemporary art. Both by his personality and by his pioneering practices which mark his work. He is mainly known today for having used one by one most of the communication media that have appeared over the last fifty years. He is co-founder of three artistic movements: those of sociological art, the aesthetics of communication and ethics in art.

He represented France at the 12th São Paulo Biennale (Communication Prize) in 1973, at the 37th Venice Biennale in 1976 and at Documenta 6 in Kassel in 1977.

EXHIBITION AT THE CENTRE POMPIDOU FROM JANUARY 24 TO JULY 22, 2024

Discover