• fr
  • en
2008

Ego WebsynRadio

Ego Cyberstar, une installation originale sur Second Life. Ego Cyberstar est un type assez paumé qui a décidé de venir s’installer définitivement sur Second Life.

Communication 

Ego WebsynRadio
2008

Ego WebsynRadio

English version: click here

2008 EGO CYBERSTAR 

CONCEPT :

Ego Cyberstar, une installation originale sur Second Life. Ego Cyberstar est un type assez paumé qui a décidé de venir s’installer définitivement sur Second Life. Il nous fait part de ses premières impressions et réflexions dans un long monologue qui exprime son mal d’être. Une sorte de digression empreinte de nostalgie entre le monde réel et honni qu’il vient de quitter, et un monde virtuel qu’il découvre sans grand enthousiasme…

Il s’adresse, les yeux dans les yeux, au visiteur de l’exposition, créant ainsi un rapport intime avec lui très prégnant. Fred Forest joue volontairement ici sur une économie des mouvements, voire une immobilité qui privilégie le son d’une façon quasi exclusive, amplifiant notre malaise.
Ego Cyberstar invité sur les ondes de WEBSYNradio. 

LES DIGRESSIONS D’EGO CYBERSTAR SUR UNE PLAGE DE SECOND LIFE

C'est toujours pour moi une sensation étrange. Une sensation étrange que de s'arrêter un moment sur la marge des agitations du monde pour vivre avec soi-même. Pour se poser les questions qu'on ne se pose jamais, Faute de temps, ou parce que quelque part, soudain, un chien aboie, rompant le silence, et vous distrait de l’essentiel. Ici, sur Seconde Life, j'ai l'impression que c'est une autre chose. J’aime vivre sur Second Life car j’aime à regarder la mer sans que personne n’y trouve quelque chose à redire. C’est comme si à chaque instant quelque chose d’inconnu pouvait survenir. Oui c’est vrai, j’aime regarder la mer comme si soudain à force d’attention, j’allais me perdre dans son immensité tranquille.  Je peux fixer au loin sa ligne d’horizon durant des heures. Ici au moins personne ne vient me déranger. On prétend que des millions de personnes se partagent cet espace virtuel de Second Life. Mais on ne voit pratiquement jamais un seul être qui traverse votre champ de vision en diagonale.. Chacun est occupé par soi-même. Personne n’est-là pour vous tirer par la manche. Personne pour vous inviter à descendre au bistrot du coin, pour boire un verre de batida, de pastis ou d’eau fraîche. Personne pour vous raconter avec complaisance, presque avec plaisir, les douleurs que lui procurent ses rhumatismes. Il n'y a même pas de concierge le matin qui frappe à votre porte, pour vous remettre le  courrier du jour. Tout passe maintenant par SMS et courrier électronique. Un courrier qui vous informe combien le monde va mal, que vous avez un rappel pour avoir oublié, de régler une facture qui attend sur la cheminée du salon sous une pile de lettres auxquelles vous n'avez pas encore répondu. Quand je suis arrivé sur Seconde Life à la recherche d'un havre de paix et d’un endroit pour pouvoir regarder la mer toute la journée on m'a demandé de me choisir un nom. Le nom m'est venu immédiatement à l'esprit. Sans que je réfléchisse beaucoup. Je serai Ego. Oui !  Ego Cyberstar!  On a vérifié sur un écran d'ordinateur, qui faisait office de registre d'état civil, que personne avant moi n'avait choisi ce nom. Comme la réponse de l'ordinateur, au bout de quinze secondes était concluante, on m'a remis un certificat Un beau certificat en couleur, tiré sur une imprimante flambant neuf. Puis, on m’a prié gentiment de partir sans plus attendre, rejoindre mon nouveau domicile sur une île de Second Life. Selon les indications reçues il y avait une plage à proximité. C’était la seule information qui m’importait dans l’immédiat.  J'aurai bien aimé pourtant parler un peu plus avec l'employé qui assurait le service de l'état civil... Lui demander des renseignements d’ordre pratique. Hélas, il m'a fait vite comprendre qu'il n'avait pas une minute de temps à perdre, bien que personne d'autre que moi n'était venu chercher un nom à cette heure matinale de la journée. J'aurai aimé lui parler un peu. Lui demander s'il était lui-même né sur Seconde Life ou s’il était un immigré comme moi ? S'il y avait crée une famille. S'il y avait une école bilingue pour les enfants et des épiceries ouvertes pour faire ses achats après le coucher du soleil ?. Mais non, il était bien trop occupé pour me répondre. Je n'ai pas voulu insister plus longtemps. Je n’aime pas déranger les gens qui ne s’occupent pas de moi, mais par contre j’aime regarder la mer. Je trouverai bien, sur mon chemin, un habitant complaisant de Second Life, que je pourrai interroger pour avoir des informations utiles sur les mœurs et le quotidien des résidents de cette île. L’avantage d’une île c’est qu’on peut voir la mer, quelque soit le côté vers lequel votre regard porte. Je me promettais, en tout cas, si je rencontrai cette personne, de lui poser uniquement des questions essentielles. Des questions d'ordre pratiques. Des questions par exemple sur les équinoxes,, les heures d'ouverture du pharmacien, le nombre de kilomètres qu'il me restait à parcourir pour rejoindre le domicile qu’on m’avait affecté. J'éviterai de lui poser de ces questions oiseuses qui prennent naissance malgré nous sur le bord des lèvres, et qui ne servent au final qu’à remplir le trou des conversations inutiles. Des questions inutiles, et encore plus qui dérangent quelques fois par leur instance. Qui ne servent à rien, sinon à vous rendre suspect aux yeux de ceux à qui vous les adressez. Des questions qu'on ne pose jamais, si l'on a reçu une bonne éducation. Des questions qui créent toujours une sorte de malaise chez des interlocuteurs inconnus, qui vous regardent drôlement, avec un temps de silence. Un temps de silence embarrassé, comme s'ils s’estimaient personnellement responsables de quelque chose qu’ils n’ont pas commis. Quelque choses que vous leur reprocheriez sans le savoir. En général, ils s'en tirent avec un petit sourire gêné, sans avoir répondu pour autant à votre question, et poursuivent leur chemin d'un pas pressé. Comme si le temps perdu pouvait se rattraper ? Cela s’est comme ça se passe dans les villes ! À la campagne, c’est différent. Les gens prennent plus le temps pour vous répondre. Et des fois, même, ils vous prennent par le bras pour faire un petit bout de chemin avec vous. Mais c’est devenu si rare, et si exceptionnel, aujourd’hui, que même ce moment de rencontre – de convivialité bénie-  avec l’autre, est gâché par la nuisance de certaines arrières pensées. Ce garçon fort sympathique au demeurant n’est peut-être qu’’un voleur de grand chemin, sous les traits trompeur d’un avatar normal. Allez donc faire la différence sur Second Life, alors que déjà dans la vraie vie c’est si difficile de faire la différence entre les gendarmes et les voleurs ? Même s’ils sont habillés de façon différente, on a toujours beaucoup de mal à faire la distinction entre un avatar et un autre avatar. Alors il vaut mieux, toujours en restant très poli et propre de sa personne, décliner toutes les propositions qui vous sont faites, honnêtes comme malhonnêtes, par des inconnus, pour ne pas courir le risque de se tromper. Je me demande, maintenant que j’ai décidé de vivre, ici, sur Second Life, si ce changement de cadre va avoir des conséquences irréversibles sur mes comportements. Le fait par exemple de pouvoir voler dans les airs, va-t-il induire chez moi, la capacité de prendre de la hauteur,  quand surviennent les ennuis auxquels est confronté tout homme normalement constitué ? Le syndrome du vide absolue sous ses pieds sera-t-il évacué de façon progressive par la force de l’habitude ? Est-ce que ma façon de penser, en même temps, va évoluer ? Va évoluer de façon sensible, telle que passant devant un miroir, je me poserai la question de savoir si c’est moi ou mon avatar que le miroir me renvoie ? Avec à peine une chance sur deux de me tromper ? Et quant à la  mer, que je pourrais désormais contempler sans modération, était-elle susceptible à long terme  d’entraîner des effets secondaires sur la couleur de mes yeux ?

C'est vrai que maintenant j'ai déjà atteint l'âge de quarante ans, pour ainsi dire, sans m'en rendre compte. J'ai été un bon fils. J'ai été un bon père. J'ai toujours été un bon employé. En employé de cette firme qui fabrique des tuyaux en cuivre, pour faire arriver l'eau dans les maisons de Porte Alegre à tous les étages, jusque dans les cuisines et les salles de bain. Quand l'eau n'arrivait pas à l'étage désiré, je me rendais toujours sur place, personnellement, pour vérifier le bon fonctionnement des robinets et de la chasse d'eau. Je n'ai jamais été confronté à des difficultés, telles que les locataires soient obligés, comme on le faisait d'antan, d'aller chercher de l'eau au puits le plus proche. Pas une seule fois, volontairement ou involontairement, j’ai laissé mourir de soif les clients dont j’avais la charge.  Ma vie a été toujours claire et limpide, sans événement majeur qui m'ait obligé, du jour au lendemain, de changer de femme, de voiture ou de métier. Qui m'ait obligé, encore pire, de m'expatrier dans un pays lointain et inconnu avant mon départ pour Second Life. Je n'ai jamais eu, non plus au grand jamais mon nom cité dans un journal, ni local, ni régional, et encore moins, national ! Non, il n'y a aucun événement de ma vie qui m'ait donné droit à cet honneur ou cette infamie selon les cas. En m'écoutant parler, je suis sûr que vous vous dites, vous, qui à cet instant êtes devant moi, à m'écouter, avec beaucoup d’attention: mais cet Ego Cyberstar, qu'est-ce qu'il a donc à nous étaler ses états d'âme comme du beurre sur une tartine. De quoi se plaint-il ? Qu'est-ce qui lui manque au juste finalement dans sa vie ? Pourquoi n'est-il pas satisfait de son sort, quand il y a deux tiers des gens sur notre planète qui ne mangent pas à leur faim chaque jour qui se lève ? Oui, vous êtes là, en face de moi, à me regarder, en ce moment même, à déballer, quantité de platitudes assommantes. Vous vous êtes déplacés, tout spécialement, en prenant sur votre temps, pour venir à cette exposition de l’artiste français. Vous avez pris du temps sur votre temps, en payant de votre personne, alors que les affaires du monde vous convoquent dans l'urgence à chaque instant pour vous rendre quelque part. Vous avez même, peut-être, laissé du lait sur le feu, pensant revenir plus vite dans votre foyer ? Il y a tant de choses qui nous appellent, ici et là, et qui ne peuvent pas attendre plus longtemps et, pourtant, j’ai bien peur qu’elles attendent encore bien plus longtemps qu’on ne pense ! Elles attendront, jusqu'au jour ou, comme pour moi, Ego Cyberstar, elles n'attendront plus, car j'aurai décidé une fois pour toute de me poser les questions qu'il faut se poser. J'aurai décidé d'être, là, devant vous, innocent. Innocent comme au premier jour de ma naissance. Un peu aussi comme quand on regarde la mer. Sans avoir eu encore le temps d'être victime d’une seule pensée parasite, ou arrière-pensée, qui vous foute tout parterre. Qui vienne ruiner à jamais la démarche qui est la votre. Ternir sa sincérité. Ternir sa nécessité. Son audace paradoxale, empreinte d'une profonde humilité.

Vous me croirez, si vous le voulez, tout me paraît étrange depuis que je suis sur Second Life. Ce n'est pas que certaines choses ne me semblaient pas déjà étranges dans la vraie vie, mais je n'avais pas le temps d'y penser. La mer par, exemple, je n’avais jamais le temps de la regarder. J'étais toujours pris, par les uns et par les autres. Ceci ou cela à faire.  Entraîné, malgré moi, dans le flot continu des sympathies pressantes et de contraintes, qu'il est impossible d'ignorer. Si ce n'est au péril de la sociabilité minimum, sans laquelle l'homme est rejeté comme un loup solitaire. Rejeté, perçu comme un paria de la société. Montré du doigt. Et finalement, embarqué, un jour ou l’autre, par deux agents de la force publique, conscients du danger potentiel que vous représentez pour la sécurité et le bien collectif.  Aujourd'hui, on n'est plus maître de ses propres choix. C’est même les machines qui sont quelques fois appelées à les faire pour nous. Dans la vraie vie, on est constamment poussé dans le dos. Le rythme s'est accéléré aux limites du vivable. Si l’on n’avance pas assez vite, ou si l’on trébuche par maladresse sur le sol caillouteux, les autres, derrière vous, s’impatientent, vous interpellent, vous invectivent. Ou s’ils sont de bonne éducation se contentent de vous faire des remarques désobligeantes. Les choix s'imposent à nous, plus que nous en ayons, en réalité, la liberté d'en décider. Pris par l'habitude des gestes, j’ai l’impression que ces gestes continuent en effet sur Seconde Life à se reproduire vainement mais sans jamais être, non plus, l’expression de sa propre identité. Ici, sur Second Life, je peux au moins consacrer mon temps à réfléchir. A réfléchir en regardant la mer. A essayer de comprendre à ce qui ce passe à l’intérieur de ma tête. Une chose est déjà gagnée –certaine, indubitable, irrécusable- c’est que je peux inverser la flèche du temps. Je peux remonter dans mon passé. Pas à reculons, comme on le fait dans la vraie vie, mais en mettant mes deux pieds en marche vers l’avant, alors que la position de mon dos reste exactement à l’opposé.  Alors, dans cette marche à reculons, je rencontre, des personnes oubliées, qui ont été si présentes jadis dans mon existence, que je pensais à cette époque que c’était les seules à pouvoir compter pour toujours dans ma vie. Ce qui était faux, manifestement, faux ! Depuis que j’ai pu me rendre compte, par mon expérience vécue, que la mémoire est forcément oublieuse, comme quelqu’un qui vous a emprunté de l’argent et qui tarde honnêtement à vous le rendre…

Posté en face de cet écran, m’observant depuis un moment, vous vous dites, me regardant fixement, cligner des yeux : où veut-il donc en venir cet Ego Cyberstar ? Ce personnage dont je suis incapable de saisir la vraie nature. Cet individu qui se perd en digressions interminables sur des faits, en soi, si communs et si médiocres, qu’ils ne pourraient même pas alimenter  la chronique des faits divers  dans un journal de province. Pourtant, vous êtes là, scotchés, à mon image, comme si j’étais venu, comme le messie délivrer un message essentiel pour la sauvegarde de l’Humanité. Oui ! c’est évident, vous vous sentez concerné. Concerné par cette banalité fondamentale qui fait de nous des cloportes gorgées d’insouciance et de vanité. J’ai un peu honte de devoir avouer que je le cherche à l’entendre, moi aussi, comme vous, ce message, dans un temps voué à la désespérance. Maintenant que j’ai parlé, je me trouve en quelque sorte rassuré. Ce n’était pourtant pas une confession en bonne et due forme. Une de ces confessions, où l’on se frappe du poing la poitrine, en levant les yeux au ciel pour implorer le pardon de quelqu’un qu’on ne vois jamais. C’est à vous que je m’adresse, et seulement à vous. Ne retournez pas la tête en espérant que quelqu’un soit derrière votre dos. C’est à vous que je m’adresse. Vous pouvez tout quitter du jour au lendemain. Vous pouvez vous rendre, ici, Ici sur cette plage de Second Life, à mes côtés, après vous être confectionné un avatar. Prendre ma place, ici, pour tenir cette tribune, à tour de rôle, comme prédicateur amateur ou imprécateur professionnel, peu importe. Pour vous adresser aux visiteurs de cette exposition, en avatar normal, qui n’a rien à dire de particulier au monde, sinon que c’est à chacun d’inventer l’histoire de sa vie.

THE MUSINGS OF EGO CYBERSTAR ON THE BEACH IN SECOND LIFE

It’s always a strange sensation for me.  It feels like taking a timeout on the sidelines of the world’s commotion just to dwell on myself.  To ask myself the questions I never get to ask.  Because there’s never the time, or because somewhere in the distance, all of a sudden, a dog barks, breaking the silence and taking my mind off the essential.  I have the feeling that it’s different here in Second Life.  I like living here because I love being able to gaze at the sea without anyone butting in.  It’s like at any moment you can experience something uncanny.  It’s true: I love to gaze at the sea as if by sheer concentration I could all of a sudden just lose myself in its vast tranquility.  I could stare at its horizon for hours and hours.  Here, at least, nobody bothers me.  They claim that millions of people share the virtual space of Second Life.  But you almost never see a soul cross your field of vision diagonally.  Everyone is preoccupied with himself.  No one is around to tug at your sleeve.  No one to invite you over to the corner café for a margarita, a beer, or even a cool glass of water.  No good-natured stranger to give you a self-indulgent and almost cheerful account of the aches and pains caused by his rheumatism.  No amiable doorman to greet you at the end of the day and tell you that you have a package.  Everything happens today by text message or email.  Messages informing you that the world is in bad shape or telling you to take care of an overdue bill in a pile of unanswered mail on the mantelpiece.  When I first came to Second Life in search of a safe haven where I could look at the sea all day long I was asked to pick a name.  It came to me instantly.  No need to think it over.  I would call myself Ego.  That’s right!  Ego Cyberstar!  At a computer terminal that serves as our bureau of public records, I logged on to a database to find out if the name had already been taken by someone else.  After a few seconds wait, I was given clearance and then presented with an attestation my new identity.  A beautiful certificate in full color printed out on a brand new printer.  I was then cordially invited to set off right away to find my new home, located on an island in Second Life.  According to the information I was given, there was a beach nearby.  It was the only thing that really mattered to me for the time being.  Not that I wouldn’t have appreciated a chance to chat a while longer with the bureau of records clerk... Ask him about a few practical details.  Too bad, he made it clear to me right away that he didn’t have a minute to spare, even though there was no one else beside me waiting for a name assignment at that early hour of the morning.  I would have liked to talk to him a bit longer.  Ask him if he was born in Second Life or an immigrant like me.  Ask him if he had a family.  If there was a bilingual school nearby for the children or a convenience store where you could pick up a few groceries after hours.  But no, he was far too busy to answer any of my questions.  I didn’t want to insist.  I don’t like to bother people who aren’t really interested in me.  On the other hand, I really like to look at the sea.  I’m sure I’ll find some local resident along the way whom I can ask to give me some useful information about mores and everyday life of the island’s inhabitants.  The great thing about this island is that you can see the sea whatever direction you happen to be looking in.  In any event, I promised myself that if I happened to meet anyone, I would only ask him about the basics.  Practical questions.  For example, questions about the tides, the pharmacist’s hours, or the number of miles left before I’d reach the house assigned to me.  I would make every effort to avoid the kind of insipid question that pops into your mouth kind of automatically and does little more than fill in the holes in superficial conversations.  Pointless questions that people sometimes find annoying when they come out of the blue.  Questions that serve no purpose other than making you look suspicious in the eyes of the person you’re talking to.  Questions one doesn’t ask if one has received a proper upbringing.  Ones that always create uneasiness in strangers, who then give you an odd stare during an awkward moment of silence.  An embarrassed silence, kind of like they held themselves personally responsible for something they didn’t do.  Something you held against them without knowing what it is.  Usually, they escape with a forced smile, not answering your question, and then hurry on their way.  As if it was possible to get back the lost time.  That’s what happens in big cities!  It’s different in the country.  People there take a little more time to talk to you.  Sometimes, they even take you by the arm and go a little bit of the way with you.  But it’s become so rare, so exceptional that even such blessed instances of neighborly encounters with others are often spoiled by a suspicious mind.  That nice young man, could he be a mugger in the guise of normal avatar?  Just try to tell the difference in Second Life when it’s already hard enough to separate the cops from the robbers in real life.  Even when they’re dressed differently it’s hard to distinguish one avatar from another.  So, it’s always best to be polite and well groomed and to turn down any proposition made to you by strangers in order to avoid the risk of making a mistake.  Now that I’ve decided to live here in Second Life I wonder if this change of scenery is going to have a permanent effect on my behavior.  For instance, will the ability to fly give me the ability to keep things in perspective when faced with the troubles that every man encounters in life?  And the queasy feeling I get when I see the great void beneath my feet?  Will it eventually go away as I get more used to being in the air?  Will my way of thinking change at the same time?  What will go through my mind when I pass in front of a mirror?  Will I wonder whether it’s me or my avatar that I see in the glass? Knowing that I’m bound to be wrong at least one out of two times.  And what about the sea, which I’ll now be able to contemplate to my heart’s content?  Is it possible that it will have a long-term effect on the color of my eyes?

True, I’ve now reached the age of forty... without seeing the time go by, as the saying goes.  I’ve been a good son and a good father.  And I’ve always been a hard worker.  Gainfully employed by a plumbing contractor in Toledo, Ohio.  Running water for kitchens and upstairs bathrooms.  Whenever there was a problem, I was always the one who would go in the field and check the faucets and flush the toilets.  I never had to deal with real hardship cases like in the old days when poor people had to go fetch their water in the nearest well.  I never voluntarily let a single one of my customers die of thirst.  My life has always been a smooth ride, hardly a bump in the road--certainly no major life crisis that made me leave my wife, change cars, or quit my job out of the blue.  Or worse still, immigrate to some far off land ... not until I left to come here to Second Life.  And I absolutely never did anything to get my name the papers, local or national!  Not a single event in my life warranted that particular honor, or shame, as the case may be.  Listening to me talk, I’m sure that you--yes, you there staring at me on your screen and hanging on every word I say--I’m sure that right about now you must be asking yourself:  just who does he think he is, this Ego Cyberstar, prattling on and on about his moods like some snot-nosed kid.  What does he have to complain about?  What exactly is missing from his life?  Why isn’t he satisfied with his lot in life when two thirds of humanity aren’t getting enough to eat each day the sun rises?  That’s right--you’re out there watching me at this very moment, listening to me unload all these soporific platitudes.  You went out of your way to come to this French artist’s exhibition.  Probably even made a leisurely outing of it.  You took time out of your busy schedule, paid your entry, even though the affairs of this world are urgently pressuring you to be someplace else at this very instant.  For all I know, you may have left a pot simmering on the stove, thinking perhaps that you’d be here and back home before you could shake a stick.  There are so many things all around us that make demands on our time, things that can’t wait any longer; but I have the sneaking suspicion that they can wait a lot longer than we think!  They’ll wait until they simply stop waiting, just like they did for me, Ego Cyberstar, when I decided once and for all that I would no longer ask the kinds of questions you’re supposed to ask yourself.  So that I stand before you as an innocent man.  As innocent as the day I was born.  Kind of like when a person stares at the sea.  Leaving no time to fall prey to the kind of parasitical thoughts and insidious doubts that can stop you dead in your tracks and destroy your mental resolve once and for all.  Tarnish your sincerity.  Your sense of purpose.  Your paradoxical audacity grounded in profound humility.

Believe me if you want to--everything seems strange since I came to Second Life.  It’s not as if certain things didn’t already seem strange to me in real life, but I never had the time to think about it before.  For example, I never had time to really look at the sea before now.  My time was always being taken by this person or that.  Or something or other to do.  Carried off against my will by the powerful current of various personal commitments and social obligations impossible to ignore. Not unless you’re willing to risk losing the minimal degree of sociability without which a person gets the reputation of being a lone wolf.  Rejected, deemed a pariah.  Singled out for scorn.  Eventually ending up being taken into custody by the authorities, who are concerned about the threat you pose to public safety and the common good.  These days, a person is no longer really in control of the choices he makes.  In some cases, machines are even called upon to make them for us.  In real life, somebody is always right on your heels.  The pace of life has sped up to the breaking point.  It’s intolerable!  If you’re unable to move forward fast enough or trip and fall face down in the gravel, the people behind get impatient:  they yell at you and call you all kinds of names.  Or limit themselves to a few snide remarks if they’ve had a proper upbringing.  Choices thrust themselves upon you faster than you can keep up with them, leaving you no real freedom of decision.  A creature of habit, I fully expect all the usual rituals and obligations of life in the real world to continue, pointlessly, only without ever being an expression of one’s true identity.  Here in Second Life, at least I can take the time to think.  To contemplate life while looking at the sea.  To try to understand what’s happening inside my head.  There’s already one indisputable gain, beyond a doubt, irrefutable:  I can now reverse the course of time.  I can revisit the past.  And not by backing up like in real life, either, but putting one foot firmly in front of the other, with my back still facing the opposite direction.  In this forward march through the past I encounter people I’ve long forgotten, but who were once so present in my life, people I once thought were the only ones who really counted in my life.  A false impression, obviously false!  I have since come to the realization, based on my life’s experience, that memory is by nature forgetful, just like someone who has borrowed money from you and who has just honestly neglected to pay you back.  

Sitting in front of this screen observing me for some time now, staring at me and blinking your eyes, you are probably asking yourself: where is this Ego Cyberstar trying to go with all this?  This character whose true nature is so inscrutable.  This guy who gets lost in endless digressions relating facts so commonplace, so mediocre that wouldn’t even make the back pages of a small-town newspaper.  Nevertheless, you’re still there, glued to the screen as if I were some kind of messiah who has come to deliver a message vital to salvation of Mankind.  Oh yes!  Clearly, you feel that this concerns you.  Concerned by this fundamental mediocrity that turns us all into busy bodies full complacency and vanity.  I’m a little ashamed to admit that I too am looking for this message in age destined for despair.  Now that I’ve said my piece, I feel slightly reassured.  Not that this was a proper confession.  The kind where you beat your breast and raise your eyes to heaven to beseech someone you never see.  It’s you and you alone I’m talking to.  Don’t go turning your head around to see if someone is standing behind you.  You are my audience.  You can give it all up on a day’s notice.  You can come here, too.  Right here on this same beach in Second Life, at my side, right after you have your own avatar made.  You can take my place, take your on the soapbox, try your hand at being an amateur prophet or professional naysayer.  Address the visitors of this very exhibition as an average avatar who has nothing special to tell the world, other than the fact that it’s up to each one of us to invent the story of his life.

LONG BIOGRAPHY OF FRED FOREST

Fred Forest has a special place in contemporary art. Both by his personality and by his pioneering practices which mark his work. He is mainly known today for having used one by one most of the communication media that have appeared over the last fifty years. He is co-founder of three artistic movements: those of sociological art, the aesthetics of communication and ethics in art.

He represented France at the 12th São Paulo Biennale (Communication Prize) in 1973, at the 37th Venice Biennale in 1976 and at Documenta 6 in Kassel in 1977.

EXHIBITION AT THE CENTRE POMPIDOU FROM JANUARY 24 TO JULY 22, 2024

Discover