• fr
  • en
2000

Couleur réseau

VENTE EN PREMIÈRE MONDIALE D’UN SITE INTERNET PROPOSÉ COMME ŒUVRE D’ART (IMMATÉRIELLE ET NUMÉRIQUE, EN LIGNE).

Communication 

Paris (FR)

2000

Couleur réseau, le premier site au monde vendu aux enchères à Drouot

2000

Vente aux enchères du premier site au monde sur la couleur à Paris

2000

Couleur réseau N12

Couleur réseau, le premier site au monde vendu aux enchères à Drouot
2000
Couleur réseau, le premier site au monde vendu aux enchères à Drouot
Vente aux enchères du premier site au monde sur la couleur à Paris
2000
Vente aux enchères du premier site au monde sur la couleur à Paris
Couleur réseau N12
2000
Couleur réseau N12

MONOCHROMES NUMÉRIQUES, DROUOT MONTAIGNE, PARIS - 28 OCTOBRE 2000

Concept

VENTE EN PREMIÈRE MONDIALE D’UN SITE INTERNET PROPOSÉ COMME ŒUVRE D’ART (IMMATÉRIELLE ET NUMÉRIQUE, EN LIGNE).

Le 28 octobre 2000, mise en vente à Drouot-Montaigne à Paris à l’occasion de la F.I.A.C. 2000 (Foire Internationale d’Art Contemporain) d’une œuvre-réseau créé par Fred Forest. Il s’agit d’un site Internet en ligne, composé de 17 pages, portant pour titre, Couleur-Réseau. Ce site dans le mois qui précède la vente, est accompagné d’un site parallèle, chargé d’assurer l’information et la communication de l’événement.

En référence à l’histoire de la couleur et de celle de l’art (Véronèse, Titien, Klein…) Couleur-Réseau propose 6 couleurs brutes, et 2 non-couleurs, qui se donnent, selon la volonté de l’artiste, à appréhender comme des monochromes numériques. Toujours selon le propos affirmé et argumenté par l’artiste, la lecture de cette œuvre n’est pas uniquement une lecture rétinienne… Elle intègre dans son paramètre des composantes telles que son immatériau, son mode de fabrication, son mode de perception, son mode de circulation, son mode d’existence. Des données intrinsèques qui en constituent toute la spécificité et en font un " objet " singulier, échappant quelque peu aux critères traditionnels qui fondent le statut de l’œuvre d’art.

Cette initiative, en première mondiale à notre connaissance, constitue un test pour une nouvelle forme d’économie d’objets artistiques et symboliques numériques ; et cette intention, clairement signifiée par l’artiste, doit aussi être prise en compte dans l’œuvre constituée, comme d’ailleurs la communication et les lieux inhérents à sa mise en vente.

La mise en vente aux enchères sous le marteau de Maître Pierre Cornette de Saint Cyr sous le N°240 a été couverte en directe sur le site http ://www.fredforest.org/Catalogue en Real-Video pour atteindre un montant de 183.000 FF or +/- 28.000 Euros or +/- 23.000 USD (cours de change de la date de la vente).

Modalités de vente et présentation de l'œuvre

Les documents représentant l’ensemble du site sont imprimés et mis sous verre. Il est spécifié sur chacun de ces documents papier, signés par l’artiste, qu’il ne s’agit pas de l’œuvre " originale " mais bien là, uniquement, de sa " représentation " originale. Les originaux étant eux-mêmes " immatériels " et fondamentalement intangibles sur le réseau.

Lors de la vente chaque l’acquéreur repart avec :

  1. Une enveloppe contenant le code secret lui permettant d’accéder à son œuvre sur Internet, signée de l’artiste.
  2. La représentation papier, signée, des pages achetées (documents exposés avant la vente).
  3. Un cédérom constituant une copie de l’œuvre achetée (archive inaliénable) permettant de réinstaller l’œuvre.
  4. Un certificat d’authenticité délivré par Maître Cornette de Saint-Cyr pour le lot acquis constituant l’œuvre.
  5. L'œuvre (Couleur-Réseau/monochromes numériques) ne sera visible ponctuellement qu'au moment de la vente et lors de l'exposition, le jour qui précède sa mise aux enchères. Les enchères peuvent être faites également à partir de votre portable, à distance, à condition d'avoir pris contact avec l'étude de Maître Pierre Cornette de Saint Cyr trois jours avant celle-ci.

Le projet couleur-réseau (monochromes numériques)

Ce projet prend tout son sens après la vente en 1996 de " Parcelle/Réseau " à Drouot par Fred Forest en première mondiale. La première œuvre immatérielle vendue aux enchères dans une vente publique… Un événement sans précédent relayé par une quinzaine de télévisions en France et à l’étranger.

Les monochromes numériques, c’est quoi ?

Le nouveau projet de Fred Forest s’inscrit dans la suite logique de sa pratique artistique et de la première action PARCELLE-RÉSEAU qui l’a précédé. Il se déroule dans le cadre de la F.I.A.C. (Foire Internationae d’Art Contemporain) en Octobre 2000 et fera l’objet d’une présentation préalable des " œuvres " proposées, à laquelle seront conviés, sur invitation, tout ce que compte Paris et la France comme dirigeants de sociétés d’informatique, de start-up et collectionneurs d’art.

Il s’agit là d’un véritable événement historique qui consacre l’entrée d’un nouveau type de produit artistique sur le marché et, surtout, marque l’avènement d’une nouvelle culture. Une culture directement liée au développement des technologies informatiques de communication.

Il s’agira donc bien d’une vente aux enchères, en première mondiale, d'un site Internet on line sous le marteau de Maître Pierre Cornette de Saint Cyr.

Philosophie du projet

Couleur-Réseau constitue un titre générique :

Le site Internet " Couleur-Réseau " se compose de six CR (couleur-réseau) : (le bleu, le rouge, le jaune, le vert, l’orange, le violet) et de deux non-CR (le blanc et le noir) qui sont installés en ligne. La CR n’est pas sans rapport avec la CM (la couleur mentale), mais il appartient à chacun de le découvrir et de le vivre : visuellement, psychologiquement, informatiquement et spirituellement.

Destiné à l’origine à constituer un site global et indivisible, et destiné à être acquis en totalité sous cette forme, le site " Couleur-Réseau " pourra éventuellement faire l’objet d’une vente, couleur par couleur ou non-couleur. Auquel cas, chaque couleur ou non-couleur vendue aux enchères publiques fera l’objet d’une adresse électronique spécifique, accompagnée des autres pages du site.

La note, ci-dessous rédigée, n’a aucune sorte d’utilité pour tous ceux qui, avec la plus grande pertinence, auront la sagesse de se placer d’emblée face à l’écran de leur moniteur, où ils se contenteront d’attendre. D’attendre tout simplement, l’apparition de la CR (couleur-réseau) annoncée, pour en être à un moment, programmé, totalement submergé, pénétré, imprégné.
En effet, toutes les informations techniques et scientifiques malgré leur intérêt intrinsèque concernant la couleur en général, que nous nous garderons bien de contester ici bien entendu, seront d’une bien piètre aide pour appréhender ce qui relève, en propre, des critères qui définissent la CR (la couleur-réseau) et tout ce qui en fait sa spécificité indescriptible et fondamentale.

La spécificité indescriptible et fondamentale de la couleur numérique !

Spécificité arbitraire, s’il en est, qui relève de la décision même du geste artistique qui a toujours pour fonction première et intrinsèque de transgresser des normes établies, pour mieux nous faire découvrir le monde sous un jour autre et différent. Les facteurs physiques et objectifs qui la constituent pourtant, et qu’il serait absurde de nier ici, ne sont donc pas pour autant déterminants pour nous. Il faut plutôt les considérer comme des " données " factuelles qui ne conditionnent, ni n’expriment en rien, l’identité propre de chaque couleur comme nous l’entendons. Cette dernière relevant plutôt des facteurs " sensibles ", d’ordre psychologique, voire spirituel, au sens large du mot, et de données contingentes diverses, encore inconnues à l’heure actuelle pour son " inventeur " lui-même, votre serviteur en l’occurrence (" Inventeur " au sens juridique du terme : celui qui a trouvé l’objet).

Ce qui fait de la CR (couleur-réseau), encore, un mystère à part entière, potentiel de jouissance inépuisable, qu’il appartient à chacun de devoir élucider et interpréter dans le silence extatique de sa contemplation active sur le réseau. C’est ce que nous proposons aujourd’hui sur Internet pour les collectionneurs qui auront les moyens de s’en offrir le luxe rare et raffiné, en espérant que dans un élan de générosité ils en feront bénéficier l’humanité toute entière en divulguant publiquement le code d’accès, ce à quoi nous les invitons instamment, sans pouvoir disposer encore des moyens légaux de les y contraindre.

Mais nous ne doutons nullement que nous disposerons un jour de ces moyens dans un temps qui n’est pas si éloigné…

La couleur, chacun le sait, sauf les imbéciles et les hypocrites, dépend de la lumière. Dans la peinture, la lumière a été d’abord figurée dans un espace illusionniste comme provenant de l’extérieur du cadre, puis les artistes au XXe siècle, en recourant à la couleur pure, vont donner l’impression de produire leur propre lumière, enfin à partir de la peinture monochrome des années 50, les artistes façonnent l’espace avec des tubes de néon, des écrans cathodiques et des lumières fluorescentes…

Ce lent cheminement trouve aujourd’hui un développement naturel quand la couleur connaît à travers la diffusion des réseaux, une lumière partie d’une source donnée, d’un itinéraire planétaire, quelque fois erratique. Le trajet intermédiaire, de sa source au point d’application rétinien d’arrivée, s’effectuant dans une parfaite invisibilité oculaire, ce qui ne peut qu’ajouter à son mystère et irréductibilité intrinsèques.

Quand Yves Klein dans le corps de la matière picturale donne existence à l’I.K.B., je me contente, pour ma part, d’activer, de télécommander ou de programmer des électrons à distance sur écran cathodique ou plasma, quelquefois en les produisant depuis l’autre bout de la terre… pour qu’à la réception l’œil soit baigné de cette lumière fluorescente, contingente, produite sur écran d’ordinateur.

J’ai la conviction intime qu’à ma façon je renouvelle l’expérience de mes prédécesseurs en la poussant plus loin, en créant la CR (la couleur-réseau), c’est-à-dire le " vert-réseau ", le " bleu-réseau ", le " jaune-réseau ", le " rouge-réseau ", etc. et également les NCR (la non-couleur-réseau) avec le " noir-réseau " et le " blanc-réseau ".

  1. Comme chacun non seulement le sait, mais l’imagine encore, la palette colorée offerte par l’écran de l’ordinateur se multiplie et se diversifie en millions et millions de nuances et de combinaisons. Ce qui constitue pour l’homme, du fait de son impossibilité de contrôle et de maîtrise rétinienne, véritable en l’occurrence, une source inépuisable de CM (de couleur-mentale).
  2. La CR (la couleur-réseau) dépendante déjà de la lumière ambiante à la réception, présente donc la particularité supplémentaire d’être variable d’un écran à l’autre du fait de normes techniques différentes et de réglages chaque fois modulables de chaque équipement. Loin d’être un inconvénient, cette donnée fondamentale constitue une spécificité " remarquable " de la CR (la couleur-réseau).
    Elle permet en effet d’introduire la participation du récepteur, qui à la possibilité d’intervenir directement dans un paramètre qui est déjà lui-même composé d’une multitude de facteurs non maîtrisables pour le consommateur lambda. Ce qui en tout état de cause en augmente, sans limite, par la relativité à la fois assumée et induite, le champ de perception esthétique. Un champ indéfini qui, comme chacun le sait, est et reste encore, causa mentale !
    Cela comme on pourrait le dire : c’est la chimie alchimique de la couleur numérique incarnée en neuro-pixels !
  3. Comme nous avions déjà le vert Véronèse, l’I.K.B. de Klein, le rouge de Vlaminck, le blanc d’Utrillo, celui de Rymann ou de Malévitch, il y aura désormais, à partir de son achat en vente publique (fonctionnant comme une validation esthétique d’origine économique) : le rouge, le jaune, le vert, le bleu… le noir et le blanc : réseau !

Note à l’intention de ceux qui cherchent à comprendre depuis toujours le " miracle " des couleurs et qui ne sont pas pour autant rebutés d’instinct par des considérations d’ordre para-scientifique :

L’objet de ce texte, on line sur Internet, n’est sûrement pas de vous infliger un cours sur la couleur. J’en aurai en principe la compétence. J’ai en effet été recruté, fait rare sans piston, par concours, comme professeur, pour l’enseigner à l’École Nationale d’Art de Cergy, où j’ai sévi vingt années durant… Néanmoins, du fait que je prétends ici créer des couleurs d’un nouveau " type " et de surcroît en imposer le statut intrinsèque, il s’avère utile de rappeler quelques connaissances de base à son sujet. Des connaissances nécessaires à " l’honnête homme " du troisième millénaire, sans lui être pourtant, j’en conviens volontiers, indispensables… Mais à considérer les choses en toute lucidité existe-t-il véritablement pour tout un chacun des choses " indispensables ", en-dehors du manger, du boire, du dormir et de l’Internet ?

La couleur est un concept complexe qui fait intervenir des données objectives, telles que l’intensité spectrale de la lumière ou la longueur d’onde (dans le vide), ainsi que des données subjectives, comme la réponse spectrale de l’œil et son interprétation par le cerveau, lesquelles varient d’un individu à l’autre. Dans le spectre de l’arc-en-ciel, on répertorie sept couleurs dominantes. Cependant, les couleurs ne se réduisent pas à celles du spectre de fréquences ou de longueurs d’onde auxquelles l’œil est sensible. S’il en était ainsi on ne saurait malheureusement pas définir les pourpres qui sont des combinaisons de radiations extrêmes du spectre visible (rouge et violet). En outre, on ne pourrait pas situer dans le spectre certaines couleurs comme le brun, qui est un orangé peu intense, ou le rose qui est le rouge auquel on aurait ajouté du blanc… Et cette lacune constituerait en soi, vous en conviendrez, une atteinte insupportable aux plaisirs que nous offrent les charmes colorés de la vie…

Il faut distinguer les couleurs qui sont issues d’une source de lumière de celles qui émanent des corps éclairés…

Dans le cas premier, la prudence nous amène à établir, sans manifester toutefois une excessive réserve, que la couleur d’une source lumière dépend de la courbe donnant la variation de l’intensité spectrale en fonction de la fréquence ou de la longueur d’onde. Pour ce qui concerne la couleur des corps éclairés, on peut distinguer deux grandes catégories.

La catégorie des couleurs par absorption et la catégorie des couleurs par diffusion. Un objet éclairé en effet par toutes les radiations qui composent le spectre électromagnétique auquel l’œil est sensible " absorbe " sélectivement certaines radiations et " diffuse " les autres.

Dans le cas de la lumière solaire diffusée par les molécules d’air, on montre que ces centres de diffusion se comportent comme des oscillateurs qui privilégient la diffusion des faibles longueurs d’onde ; c’est ainsi que Lord Raleigh dans un accès de lyrisme interpréta la couleur bleue du ciel. Il existe bien aussi des couleurs par interférence et polarisation mais cet aspect du problème est en-dehors de notre sujet tel que nous entendons du moins le traiter.

Soustractive ou additive ? That is the question !

Pour en revenir au centre de ce qui constitue notre préoccupation fondamentale, le traitement numérique de la couleur et de l’image-couleur, il est utile de préciser pour mémoire au sujet de la reproduction des couleurs par synthèse, qu’on reproduit en général les couleurs de deux façons : soit par addition de trois couleurs dont la somme donne du blanc, par exemple RVB (rouge, vert, bleu), soit par addition des trois couleurs complémentaires des précédentes CMJ (cyan, magenta, jaune) dont la somme donne du noir. Dans le premier cas la synthèse est dite " "additive ", dans le second elle est dite " soustractive ".

Si votre écran d’ordinateur est constitué de tubes cathodiques, on dira alors que nous avons là une application de synthèse additive de trois couleurs. La somme des trois couleurs produit du blanc, d’où le choix des couleurs primaires : rouge, vert et bleu, RVB en abrégé. Les points lumineux sont regroupés par trois (un rouge, un vert, un bleu) pour former une triade appelée " pixel ". En revanche, la peinture sur papier ou toile implique la synthèse " soustractive ".

Il nous paraît inutile à partir de ces observations d’insister plus longuement sur ce qui fait le caractère fondamental de CR (la couleur-réseau), par rapport à ce qui constitue dans l’histoire de l’art, l’histoire de la couleur elle-même, si l’on évoque le bleu de Matisse, le jaune de Van Gogh, le rouge des Fauves ou celui de Cobra.

Ne nous faisons pas d’illusion ou de fausses idées : la profondeur de la couleur détermine le nombre de bits (binary digits) affectés au codage de la couleur.

  • un seul bit pour du noir ou blanc (c’est toujours binaire : avec le 0 on a le blanc, avec le 1 le noir ou l’inverse !),
  • 2 bits pour 4 couleurs,
  • 4 bits pour 16 couleurs,
  • 8 bits pour 256 couleurs,
  • 16 bits pour 32.000 couleurs,
  • 24 bits pour 16.000.000 couleurs.

L’internaute ou l’utilisateur d’un écran cathodique peut participer quelque peu à la fabrication personnelle de la CR (la couleur-réseau) dans la mesure où il peut intervenir sur un réglage parfois disponible, celui de la " température " de la couleur… La température de la couleur est une notion physique traduisant une valeur de couleur. En calorimétrie, la température couleur est considérée comme la température absolue, en degrés Kelvin, à laquelle il faut porter le corps noir pour qu’il produise la même sensation chromatique que la couleur considérée. Une valeur type en est 9000°K.

Ce que l’œil détecte !

Nous n’aborderons pas ici les problèmes combien ardus de luminance et de chrominance dont on sait que l’effet pour la perception de l’œil humain n’est pas équivalent. Pour mémoire, il est peut-être bon toutefois de rappeler, une dernière fois pour toute, que l’œil ne détecte que des radiations électromagnétiques dont la longueur d’onde est comprise entre 400 nm (nanomètres) et 750 nm ce qui coupera court à toute polémique superflue à ce sujet.

Par contre, il nous semblerait extrêmement léger, voire inconséquent, d’aborder les questions inhérentes à la création de la CR (la couleur-réseau) sans avoir au préalable précisé que la sensation oculaire des couleurs dépend de trois paramètres et que cette trivariance doit être attribuée à l’existence de trois types de cellules coniques dans la rétine, respectivement sensibles au rouge (R), au vert (V) et au bleu (B).

On caractérise généralement une couleur par les trois paramètres suivants :

  • La teinte ou tonalité chromatique, déterminée par la dominante spectrale, c’est-à-dire le barycentre de la courbe spectrale ;
  • La saturation ou pureté spectrale, donnée par le rapport entre l’énergie rayonnée par la vibration associée à la teinte et celle rayonnée par l’ensemble du spectre ;
  • La luminosité directement reliée à la luminance, laquelle est la puissance lumineuse émise par unité d’angle solide et par unité de surface normale d’émission.

La représentation toujours la représentation…

Il est possible de représenter une couleur quelconque par une combinaison des trois couleurs RVB, dans des proportions convenables, ce qui permet de répertorier l’ensemble des couleurs. En 1931, la Commission Internationale sur l’Éclairage (CIE) adopta par convention une représentation plane des couleurs en imposant une valeur constante de la luminosité. Soixante-dix ans plus tard, on peut se demander, notamment avec l’apparition de la CRG (couleur-réseau généralisée), si de telles données ne devraient pas être remises en cause, tout simplement pour une plus grande justesse des tables de sensations oculaires qui nécessitent d’être réactualisées ?

La cible visée

Cette action, dont le support même de création et de diffusion est Internet, a pour propos de s’adresser (non sans une certaine provocation…) à un nouveau public de collectionneurs. Dans cette intention le message suivant figure comme un appel sur le site.

Qui sont nos interlocuteurs privilégiés ?

Cette vente et ce message s’adressent aujourd’hui en priorité aux créateurs de start-up et aux chefs d’entreprises impliqués au niveau du soft, du hard ou des services, dans tout ce qui touche à Internet et aux nouvelles technologies d’information et de communication.
Comme la e-économie, la culture et l’art de réseau sont eux aussi en train de bouleverser nos habitudes…. En votre qualité d’acteur représentatif des nouveaux usages des technologies d’information vous participez, vous-même, d’une façon active à ce changement. C’est pourquoi nous sommes heureux de vous inviter personnellement à cette vente historique.
En octobre 1996, Fred Forest, artiste pionnier des nouveaux médias avait déjà vendu en première mondiale une œuvre numérique, " Parcelle-Réseau ", sur le net à Drouot. Cette vente est en relation directe, de cause à effet, avec la création de la société Nart, aujourd’hui cotée en bourse et comptant plus d’une quarantaine de collaborateurs dans ses rangs. Fred Forest récidive aujourd’hui et innove encore une fois, en première mondiale, en proposant la vente aux enchères d'un site Internet, comme nouveau " produit " artistique, type inédit d’œuvres immatérielles (monochromes numériques), représentatives d’une réalité, d’un imaginaire et d’une symbolique propres à notre époque. En conséquence, il nous a semblé légitime et naturel que vous soyez étroitement associés à cet événement historique compte tenu du rôle initiateur que vous jouez vous-mêmes, professionnellement, dans ce domaine.

Nous avons le sentiment qu’au moment où une redistribution des cartes s’opère, et où une nouvelle société prend forme, vous êtes de façon évidente, potentielle et privilégiée, comme l’ont été les Princes de la Renaissance à leur époque, au moment où naissait l’imprimerie, les détenteurs d’un savoir et de moyens qui font de vous les véritables " acteurs " d’une révolution en marche en ce début de troisième millénaire. Cette position vous confère à la fois des droits et vous attribue des devoirs. C’est dans cet état d’esprit que nous comptons sur votre participation active pour le développement de l’art de réseau tel que le pratique en pionnier Fred Forest. Votre soutien à la fois matériel, technologique, et comme relais d’information de notre initiative contribuera à accélérer le processus de transformation en cours de la société.

Cet appel s’explique et se justifie du fait du système création/diffusion qui est mis en place ici. La communication se voulant, se donnant et s’imposant dans le cas présent comme une composante à part entière de l’œuvre créée.

Réflexion conclusive

Couleur-Réseau trouvera acquéreur pour un montant de 183.000 FF or +/- 28.000 Euros or +/- 23.000 USD. (cours de change à la date de la vente.)

On peut dire a posteriori au sujet l’œuvre composite proposée que si elle a bien pour fondement une réflexion sur la couleur à travers l’histoire de l’art, qui se traduit visuellement par une série de monochromes numériques, son propos se situe bien au-delà de cette seule donnée rétinienne et historique.

Elle pose les problèmes devenus cruciaux aujourd’hui d’immatérialité de l’œuvre, de sa délocalisation, de son contexte d’émergence, d’une nouvelle économie, et finalement de son statut même. Le choix de réalisation de cette vente dans le contexte d’une vente publique aux enchères, à Drouot-Montaigne à Paris, n’est pas tout à fait innocent… Il s’agit en effet de l’un des hauts lieux de l’art officiel et traditionnel français, idéologiquement et fortement connoté. Ces facteurs multiples et croisés constituent autant d’éléments déterminants sur le sens qu’entend véhiculer Couleur-Réseau et les questions que cette œuvre pose.

Dernier objet du catalogue de la vente de l’étude Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr du 28 octobre 2000, Couleur-Réseau, œuvre d’art en ligne (et exclusivement en ligne !), constitue une œuvre unique de ce type, au milieu de dessins, de peintures, de sculptures, de photos et d’objets de toutes sortes… 
Sa valeur intrinsèque s’établit certes selon les critères habituels du marché mais aussi sur la singularité, la nouveauté, l’originalité qu’elle représente, se présentant précisément comme un événement inédit historiquement ! C’est la première fois au monde qu’un site Internet sera vendu comme une œuvre d’art à part entière, et cela dans une vente aux enchères prestigieuse, à l’occasion de la F.I.A.C. (Foire Internationale d’Art contemporain), drainant à Paris un très grand nombre de professionnels et de collectionneurs étrangers. Si des musées américains ont procédé déjà à cette date à des acquisitions auprès d’artistes de quelques sites Internet, Couleur-Réseau aura été la première œuvre numérique de ce type, sous forme de 17 pages, acquise en vente publique par un collectionneur éclairé et très certainement… avisé. Il faut rappeler que " Parcelle-Réseau, " vendue aux enchères en octobre 1996, était seulement une image online et non pas le développement d’un site complet !

  • Le Monde Informatique, N° 869, " Art et Internet : Fred Forest ou l’esthétique de la consommation " par Hélène-Claire Castier, Paris, 20 octobre 2000
  • " L’Autre Web, Fred Forest rebondit " par Olivier Moore, octobre/novembre 2000
  • Nice-Matin, " Internet : libertés ou menottes " par AM, dimanche 8 octobre 2000
  • France-Culture, invité de Jean-Philippe Renou, Cyber-Culture, mercredi 25 octobre 2000
  • France-Culture, le journal, Tara Schlegel, jeudi 26 octobre 2000
  • RTL, Zig-Web, invité de Bertrand Amar, dimanche 29 octobre 2000
  • TF1 Patrick Poivre d’Arvor, Vol de Nuit (reportages sur couleur-réseau), jeudi 9 novembre 2000

---------------------------------------------------------

03/12/2002
COMPETENCE DES COMMISSIONS
CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE

Paris le 6 mars 2002

Monsieur Fred Forest
Association le Webnetmuseum.org

Affaire suivie par Florence Gendrier
tel : 01 44 34 34 82
ref : 63IMGLEV

Vous avez demandé à bénéficier d'une aide à la creation artistique dans le cadre du DICREAM au titre de l'aide à la réalisation.
Votre projet intitulé webnetmusum.org a été examiné le 4 octobre 2001 par la commission qui a émis l'avis suivant :

"Après examen approfondi du dossier la commission n'est pas convaincue par la démarche artistique du projet. En conséquence le dossier recoit un avis défavorable"
Je vous informe que j'ai decidé de suivre cet avis.

Veuillez agréer, Monsieur, mes meilleures salutations.

Pour le directeur general du CNC et par délégation
Le directeur du multimedia

Jean Menu

----------------------------------------------
Depuis quand des fonctionnaires se permettent de juger, même après une réflexion approfondie (sic) :-), qu'un projet est artistique ou non ? Ces censeurs n'ont aucune compétence et ne sont nullement experts en matière d'esthétique. Cela voudrait-il donc dire que les choix et les enjeux de ces commissions sont finalement ailleurs ? ? ? That is the question ? Ainsi va notre société française vieillissante. Les choix du Withney Museum leur inflige un démenti cinglant, c'est le premier, ce ne sera pas le dernier...http://www.whitney.org/artport/resources/index.shtml Les artistes doivent reprendre leur destin en main. Sans compromission aucune, le webnetmuseum.org n'existe que par lui même, n'en déplaise à nos censeurs.Il ne reste plus aux artistes qu'à demander la suppression, pure et simple, d'un ministère qui leur est inutile...
Pour qui a assisté le samedi 30 novembre à la table ronde réalisée par le colloque Artmedia VIII à Paris (prochain compte rendu sur le webnetmuseum.org...) la démonstration aura été magistrale . Affaire à suivre...

2000 Couleur réseau, vente Cornette
2000 Couleur réseau, vente Cornette

 

LONG BIOGRAPHY OF FRED FOREST

Fred Forest has a special place in contemporary art. Both by his personality and by his pioneering practices which mark his work. He is mainly known today for having used one by one most of the communication media that have appeared over the last fifty years. He is co-founder of three artistic movements: those of sociological art, the aesthetics of communication and ethics in art.

He represented France at the 12th São Paulo Biennale (Communication Prize) in 1973, at the 37th Venice Biennale in 1976 and at Documenta 6 in Kassel in 1977.

EXHIBITION AT THE CENTRE POMPIDOU FROM JANUARY 24 TO JULY 22, 2024

Discover